Musique Minimaliste : Less Is More

Selon la célèbre formule reprise par l’architecte Mies van der Rohe : « Less is more » (moins, c’est plus). Il employait ce vers du poète Robert Browning pour parler de ses structures minimalistes, mais la phrase est vite devenue le slogan de toute la vague minimaliste, qu’elle soit architecturale, picturale ou bien musicale. Parce que le minimalisme est aujourd’hui un peu partout.

Quel que soit l’art, le minimalisme va l’épurer. La plupart des musiques composées jusqu’à lors, que ce soit les symphonies grandioses de Beethoven, les soli tortueux de Jimi Hendrix ou les tubes rythmés de David Guetta, ne visaient qu’une chose : remplir l’espace. L’espace de la portée, du spectre ou de l’oreille. La musique minimaliste quant à elle, va laisser de la place. La place au repos (c’est un parent direct de la musique ambiante), aux émotions, à l’auditeur lui-même. En fin de compte, la musique minimaliste rend à l’auditeur la pleine possession de son corps, ce que ne font pas le reste des musiques : pour la plupart, le cœur vibre, la chair frissonne, la tête remue, le pied bat la mesure. La musique minimaliste, elle, va plutôt viser l’esprit, l’âme, l’intérieur. On quitte la structure pour passer à la texture.

La première œuvre musicale minimaliste et reconnue comme telle nous vient de Terry Riley et son titre In C

Une succession de motifs, de riffs, en do majeur, jouée ad libitum par les musiciens. On tient là une des caractéristiques principales du minimalisme en musique : la répétition. Des auteurs comme Riley, mais aussi Steve Reich et Philip Glass vont se jouer de la répétition de motifs, parfois avec décalage, ou déphasage comme l’appelle Steve Reich : il fait répéter deux structures à un musicien, qui les joue en boucle mais avec un léger décalage. La différence est infime, mais au fil du morceau, les structures ne sont plus du tout parallèles et de nouveaux rapports se créent entre les notes, de nouvelles harmonies apparaissent selon le décalage.

Bien entendu le minimalisme n’existe pas qu’en musique contemporaine. De nombreux genres musicaux se l’approprient et beaucoup d’artistes revendiquent les minimalistes comme influence. The Who, par exemple, sont babas de Riley.

Mais il n’y a pas que la répétition dans le minimalisme. Il y a ceux également qui réduisent le spectre, comme je le disais au début. Parce que dans la répétition, il y a quand même une succession, un entassement, d’autres alors vont simplement épurer la portée, comme le précurseur La Monte Young.

D’autres poussent le bouchon encore plus loin comme John Cage et sa pièce maitresse 4’33. 4 minutes 33 de silence. Une portée vide, un musicien immobile, pour finalement vous faire écouter tout le reste : le grincement discret du fauteuil d’à côté, le raclement de gorge du type derrière vous, la moto qui passe au loin … Le minimalisme à l’état pur !

Mais même si elle est essentiellement occidentale, il ne faut pas se leurrer, le minimalisme n’a pas été inventé par les américains. Si l’on réfléchit bien, l’Orient a toujours eu tendance à réduire, simplifier, minimiser. Là où l’on empilait pierres sur pierres, les japonais faisaient des murs en papier ; alors que chez nous, tout tient à grand renfort de ciment, de vis et de clous, certains des plus grands temples bouddhistes relèvent simplement de l’emboitement astucieux ; et quand nos plus grands poètes s’épanchaient dans des centaines de vers, les japonais inventaient le haïku.

La musique orientale comporte de nombreux points communs avec le minimalisme, comme ici un exemple de musique hindou :

On retrouve la répétition à intervalles irrégulières d’une même note, mais aussi un bourdon en fond sonore, ou drone en anglais : une longue note, ou fréquence, soutenue sur une longueur excessive. Un autre des joujoux préférés des minimalistes. Mais nous n’en dirons pas plus là-dessus aujourd’hui, puisque ce serait s’aventurer dans une autre rubrique A La Découverte d’un Genre. Nous n’avons pas non plus parlé de la techno minimale, puisque ceci est une autre histoire …

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s