Agenda 17 mai 2012

Rave party, dream-pop, soupe électroTous les styles se culbutent dans l’agenda de la semaine ! Tour d’horizon sur les nouveautés du rayon musique.

Si leur nom peut porter à confusion, la musique de Beach House est sans fard. Est-ce du rap ? Est-ce de la house music ? Non, c’est de la pop, toujours de la pop.

Mais alors pourquoi ferait-il plus bon vivre dans cette maison, sur cette plage, plutôt qu’ailleurs ?

Parce que c’est de la pop rêveuse ? Bloom au moins ne se cache pas derrière son petit doigt et joue le mielleux à fond. Je préfère encore cette sincérité à l’hypocrisie des albums trop variés pour être pop.

Parce qu’il est composé d’Alex Scally et Victoria Legrand ? Victoria, qu’on avait croisé dans Twilight 2, dans le morceau Slow Life de Grizzly Bear, est la nièce de Michel Legrand, modeste compositeur de 200 films au bas mot, dont Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort et L’Affaire Thomas Crown.

Parce ce qu’ils en sont à leur 4e album ? C’est encore bien loin du record de Tonton. Alors, laissons-les faire. Quand un Myth renvoie à une légende, c’est aussi normal qu’on vous en parle.


Après les liens de parenté, place au copinage. Violens et MGMT composent un joli modèle d’échange de bons procédés : si les deux groupes new-yorkais avaient voulu signer l’accord de Yalta de la musique, ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Ils se partagent le gâteau. D’une part, une electro sautillante. De l’autre, une pop déviante, voix inhumaine et délurée pour MGMT.

À côté de l’indie dance d’Of Montreal, ou de la musique lo-fi de White Denim, le changement, c’est maintenant avec l’album True, croisement d’Alphaville pour les guitares envoûtantes et des Smiths pour les mélodies ambitieuses.


Après ce V pour Vendetta sur la pop, venons-en à une révolution très mollassonne. Le clip de Dark Steering n’était pas vilain. La musique, elle, est juste insupportable. Zéro pointé pour Squarepusher. Jeu, set et match.

J’ai pourtant cherché mais rien ne décolle vraiment. Ou plutôt si, mais ça part dans le décor à tous les coups.

303 Scopem Hard, je veux bien le croire, doit résumer à merveille tout ce qui mijote dans la tête de Squarepusher : une grosse marmelade périmée aux accents de bande-son pour Matrix épisode 8.


Un an et demi après la sortie du premier EP de la sous-division techno de Boys Noize Records, Electric Rescue alias Antoine Husson signe son retour sur une influence première : la rave party.

Succédant à Para One ou Shadow Dancer, pour cette 15e sortie de BNR Trax, le Français nous propose quatre morceaux dont le titre éponyme prend des allures d’exercice de style.

S’il ne fait pas jumper ta mère pendant 6 minutes 30, il ravira au moins les auditeurs de Flashback 90, animé par notre ami Gaby, tous les samedis. Ce mini-album est disponible sur la plateforme Beatport depuis fin avril, mais paraît cette semaine sur Itunes.


À la semaine prochaine !

Publicités
Tagué , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s