Agenda 9 février 2012

Voyage au centre de la Terre, ou plutôt retour sur quelques mécaniques un peu grippées par le froid ! Voix écorchées et mélodies magnétiques sont au programme… Sans date de péremption.

Mini-album hallucinant et halluciné, Lineage est sorti le 27 janvier dernier. C’est un retour au pays de Shigeto, une fusion du hip-hop sans bastonnade avec la poésie intelligente, moderne et désinvolte. Lineage est une oeuvre orchestrale. Zach Saginaw de son vrai nom ne prend pas le meilleur du space-hop, il le crée.

Il y a cinq ans, Flying Lotus mettait du sable de L.A. dans ses machines, juste de quoi faire trembler les palmiers ou les plaques d’égout de Manhattan. Aujourd’hui, Shigeto renvoie les basses dans les étoiles. Si les deux côtes des USA se croisent ainsi, c’est qu’il y a vraiment quelque chose qui brille… et se reflète dans l’Huron River Drive.


En 2008, je faisais la rencontre d’une princesse iranienne. Belle et brune, Leila m’avait bien plu par ses relents mécaniques de Depeche Mode. Ses mélopées de prisonnière dans un donjon fantasque étaient sorties chez Warp.

En 2012, je la retrouve reine de la nuit et donc, manque de bol, dans les bras d’un roi. Ca tombe bien, son nouvel opus s’appelle U&I. Leila prête ainsi quelques mèches électriques, noirs comme ses cheveux de jais, à Mt. Sims, son alter-ego sur (Disappointed Cloud) Anyway. 


On reste avec les filles mais, cette fois, avec une voix qui lave plus blanc que blanc. Claire Boucher, alias Grimes, nous donne ses Visions sonnantes mais pas trébuchantes d’une witch-house sans crudité ni poussière.

Parti de Vancouver, le morceau Genesis sert une comptine comme rarement entendue ailleurs que dans un lit douillé, de retour de soirée, les tympans encore dégourdis. Une version cristalline du Lac des Cygnes.

Etoile filante et médiévale, Grimes nous laisse béats devant son chant soprano, suivi d’un orgue magnétique qui résonnera longtemps dans vos oreilles.


Pour que la parité soit totale sans déroger à l’interlope, terminons avec une espèce de Bonnie Tyler au masculin. Porcelain Raft nous explique comment faire pleurer et parler son coeur en pleine période hivernale. Sans trucage et sans doudoune.

En plus de décrire son récent Strange Weekend, il nous fera l’exemple de sa voix écorchée, le 16 mars prochain, en première partie de M83 à l’Aéronef de Lille (complet). Un avant-goût d’échappée romantique.


Publicités
Tagué , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s