Flying Lotus, la fine fleur du hip-hop alternatif

Du talent. Dans les gènes comme dans l’approche musicale, Flying Lotus en a à revendre. Entre réminiscences jazz et abstract hip-hop, l’univers du californien a de qui tenir.

Un grand-oncle saxophoniste, une grand-tante pianiste et harpiste…, parmi les arbres généalogiques des musiciens en vogue, celui de Steven Ellison est le roi de la forêt ! Ses racines ? La grande famille des Coltrane. Le jazz, il l’a donc dans le sang. Le hip-hop, il a grandi avec, dans la cité des anges. L’électro, il l’a domptée à grands renforts de Nintendo.

A 28 ans, il en a fallu peu pour que Flying Lotus se transforme en coqueluche du hip-hop alternatif. Un premier album en 2006 (1983), et Warp fond déjà sur le phénomène à venir. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, FlyLo rejoint Boards of Canada, Grizzly Bear, Battles, Bibio et !!!.

Les sons 8 bits (qui rappellent pas mal Mario quand même) qui cohabitaient avec le rythme lourd des basses dans 1983 s’effacent. Place à Reset, premier EP chez Warp Records avant le deuxième opus, Los Angeles. Moins de son nourri à la mélanine pour une ambiance plus pixellisée encore (Sleepy Dinausor), mais surtout plus planante, plus sale, plus expérimentale. Abstraite.

Le virage est pris, Flying Lotus décolle. En mai 2010, il sort Cosmogramma, preuve de plus que sa musique est cosmique. Cosmic Drama, Do the Astral Plane, Satelliiiite, Galaxy in Janaki… les titres s’enchaînent dans l’apesanteur, dérivent, loin des premiers émois de 1983. L’influence Coltrane prègne dans de nombreux morceaux aux relents free jazz. Après la harpe d’Alice qui s’invitait déjà sur Los Angeles, Satelliiiite propose une musique envoûtante, matinée d’improvisation. Un univers qui attire même les plus grands. Thom Yorke, chanteur charismatique de Radiohead prête sa voix le temps d’un morceau : And The World Laughs With You.

Et c’est vrai que le monde semble rire avec lui. Mieux, il le porte. Le lotus s’envole, et avec lui, de nombreux autres nouvelles curiosités musicales. En 2010, il produit Gonjasufi, en 2011, Cosmogramma se voit décerner l’Independent Music Award dans la catégorie « Album Dance/Electronica », tout comme son clip pour MmmHmm. Comble de la reconnaissance dans le milieu, il est choisi par The Battles pour inaugurer le festival alternatif ‘ATP Nightmare Before Christmas’ en décembre dernier. Et comme pour clôre en beauté cette rubrique, FlyLo annonce qu’un nouveau petit opus devrait sortir courant 2012.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réflexions sur “Flying Lotus, la fine fleur du hip-hop alternatif

  1. […] y a cinq ans, Flying Lotus mettait du sable de L.A. dans ses machines, juste de quoi faire trembler les palmiers ou les […]

  2. […] * Flying Lotus, la fine fleur du hip-hop alternatif […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s