Agenda 5 janvier 2012

Un chiffre de plus à rajouter au compteur ! 2012 est enfin là, et en attendant les nouveautés concoctées par vos artistes préférés, MWB en profite pour faire le point sur les évènements musicaux les plus marquants de l’année dernière.  Au programme, le tout noir et le tout blanc. Le positif et le négatif. En somme, diviser… pour mieux régner sur l’actu de 2011 !

« Tu veux la bonne ou les mauvaises nouvelles ? » Réconfortons-nous vite avec le plus agréable…

Il y en a une pour qui 2011 avait le goût de miel. Je parle d’Adèle, qui a marqué la musique pop avec son deuxième album, 21. N°1 des ventes, deux singles dans les charts, de quoi faire d’elle un des évènements culturels marquants de 2011. Elle aura ainsi mis d’accord de nombreux français puisque d’après un sondage BVA, commandé par la FNAC et paru dans Le Parisien, la jeune artiste – décrite comme la « révélation de l’année » selon le quotidien – figure à la 9ème position (sur 15). Tout aurait été si doux, si celle que l’on qualifie aussi de « new Amy [Winehouse, ndlr] » n’avait pas déjà dû se faire opérer des cordes vocales à à peine 23 ans. Pour sûr, 2012 sera aussi sous le signe du miel !

Alors que le prochain album traîne encore dans les studios, le groupe AIR se fait remarquer en fin d’année avec sa collaboration pour la maison Cartier. Un petit bijou qui permet au joaillier de continuer à se la jouer arty (Olivier Dahan et Marion Cotillard étaient eux aussi passé à la casserole), mais qui offrira aux fans de l’électro vaporeuse une occasion de retrouver l’univers des frenchys avec Painted Love. Et pour les cinéphiles, AIR marque encore un peu plus l’univers vaporeux en menant la BO du Voyage dans la Lune, film de Méliès, tourné en 1902, et récemment recolorisé.

Radiohead fait aussi parler de lui, puisque le groupe anglais décide de mettre en ligne l’intégralité de son 8ème album, The King of the Limbs, en téléchargement gratuit. Alors, Radiohead, art du marketing ou art tout court ?

…pour ensuite retirer le pansement d’un coup bien sec, histoire d’en finir avec toutes ces mauvaises nouvelles qui nous auront fait hurler de douleur.

Des catastrophes d’abord, avec le festival belge Pukkelpop, qui voit ses scènes s’écrouler sous la violence d’un vent de près de 170 km/h. Le 18 août, en plein jour et en plein été, la tempête et des grêlons de la taille de balles de golf font couper court toutes festivités. Cinq morts et plus d’une quarantaine de blessés. « On aurait vraiment dit la fin du monde« , rapportent les festivaliers. Un évènement qui marquera les mémoires.

Même année, et autant de nouvelles macabres. Le 23 juillet, Amy Winehouse, décède à l’âge de 27 ans. Reconnue pour ses musiques ensorcelantes et teintées de jazz, blues et soul, la diva rejoint Brian Jones, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison et Kurt Cobain, au rang de ces stars au succès immense et à la carrière fulgurante. Une mort qui marque la naissance d’un mythe, mais aussi les esprits, alors que – toujours selon le sondage BVA – le décès d’Amy Winehouse arrive à la 4ème place des évènements culturels les plus marquants.
Le 13 septembre, une autre figure musicale nous quitte. C’est DJ Medhi, génie des platines, « producteur audacieux, virtuose du métissage des genres musicaux » (pour reprendre l’éloge funèbre de Frédéric Mittérand, Ministre de la culture), qui décède suite à l’effondrement d’une mezzanine. Le Name Festival de Tourcoing s’endeuille et de nombreux artistes décident d’annuler leur participation en hommage au DJ.

Des projets qu’on enterre. Eddy Mitchell, R.E.M, Phil Collins, The White Stripes mais aussi The Streets… Ça s’essouffle même chez les plus inspirés.
Début 2011, REM sort son album Collapse Into now. Fin 2011, le groupe se sépare. Ce sont alors près de 30 ans qui s’achèvent avec la nouvelle. Pour se réconforter, il reste encore une ultime compilation à câliner : Part Lies, Part Heart, Part Truth, Part Garbage 1982-2011, couvrant l’intégralité de la carrière du groupe.
Une autre légende du rock décide de ranger ses tenues au placard : Phil Collins avait déjà arrêté la batterie fin 2010, il arrête le chant début 2011. Problèmes de santé et lassitude en seraient les principales raisons, mais surtout un choix de priorité, puisque l’artiste à déclaré vouloir se consacrer à plein temps à ses enfants.
Eddie Mitchell fait lui aussi ses « au revoirs » à la scène, et rend après ses chaussettes noires, ses chaussures. Il ne foulera plus les planches pour se contenter de studio. Un évènement qui se place au 8ème rang selon le sondage BVA.
Le 7 février, la sortie de Computer & Blues, 5e album de Mike Skinner, signe aussi la fin de l’aventure The Streets. L’anglais tourne en rond, et préfère tirer sa révérence… avant de revenir avec un autre projet, on l’espère !

Une véritable hécatombe qui n’épargne personne : les papis, et les jeunes aussi. Signe avant-coureurs de l’apocalypse musicale de 2012 ? À voir.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s