We Want the Funk !

Sans prétendre être aussi exhaustif et pointu que nos autres confrères de chez RPL, David Denna et sa New Funky Party ou Masturbafunk avec Rhythm and Pleasure, qui vous parlent, en musique, de funk pendant une heure, découvrons ici ensemble et en mots ce genre vieux de 50 ans mais toujours d’actualité.

Le funk, comme de nombreux genres musicaux, est une musique de noir. Créé par la communauté afro-américaine vers le milieu des années 60, le funk, c’est de la soul, du rhythm’n’blues et du jazz mélangés avec toutefois sa propre particularité : une insistance sur les parties rythmiques, c’est-à-dire essentiellement la basse et batterie. Contrairement aux autres genres, où la partie rythmique suit le mouvement de la chanson et l’accompagne discrètement, c’est maintenant la chanson qui suit le mouvement impulsé par la rythmique, le chemin tracé par la basse.

En parlant de « chemin tracé », ça tombe bien, puisque le mot « groove », en anglais, a cette signification de sillon, de rainure. La basse va donc être la nouvelle trame du morceau, et non plus la guitare, et ce sont les autres instruments qui se calent. Ce groove, l’importance du rythme, c’est ce qui va donner au funk son caractère dansant. Au final, c’est un peu pour ça que le funk était né : pour faire danser, pour faire bouger, ce que n’arrive pas forcément à faire la soul ou le rhythm and blues.

Mais voilà que j’ai défini groove, et même pas encore « funk » ! Parce que « funk », en anglais, c’est une mauvaise odeur. Quelque chose de funky, c’est quelque chose qui pue, tout simplement. Mais loin d’être négatif, ce terme de funk veut au contraire louer la passion et l’énergie que les artistes mettent dans leur musique, quitte à suer par tous les pores de leur peau. Il n’y a qu’à voir le visage brillant et ruisselant du parrain du funk, James Brown, en fin de concert.

Parce que le funk, c’est avant tout James Brown, un des pères fondateurs, qui, en modifiant la signature rythmique des morceaux, innove et développe la base du funk : plutôt qu’un backbeat propre au rock et de nombreux genres populaires, James Brown propose un downbeat. La différence ? Le backbeat va accentuer le 2e et le 4e temps de la mesure (poum tchac poum tchac), tandis que le downbeat va accentuer le 1er et le 3 temps (tchac poum tchac poum).

Ce rythme est reprit par d’autres groupes, et le mouvement funk prend son envol vers la fin des années 60 et connait tout son succès pendant la décennie 70, avec l’arrivée sur la scène de George Clinton et ses collectifs Parliament et Funkadelic. Bien plus rock, bien plus blues, bien plus jazz que la funk de James Brown, ils proposent un style bien à eux rassemblé sous l’étiquette P Funk, probable abréviation de Parliament-Funkadelic, mais surtout de Pure Funk.

Suivi Prince, dans les années 80, avec la même extravagance vestimentaire que George Clinton et ses potes, mais cependant pas la même « profondeur » musicale. Le P Funk avec sa dizaine de musiciens, avait un son complet, fourni et intense, tandis que Prince a ce côté plus minimal, plus épuré, et surtout plus aéré avec ses synthétiseurs. Il faut bien vivre son temps !

Dans son sillage, dans son groove, le funk traine de nombreux autres genres musicaux, comme la disco, l’afrobeat (avec l’incomparable Fela Kuti), le hip hop qui le sampla à outrance dans les années 80 (je pense bien sûr à Afrika Bambaataa), puis le Gangsta Funk, ou G Funk, dans les années 90 avec Dr Dre et Snoop Dogg, et cette même décennie le rock se l’approprie, comme l’avait entamé Parliament-Funkadelic, pour former la fusion ou Funk-rock, voire funk-metal, avec bien sûr les Red Hot, Living Colour, et Rage Against The Machine en tête.

50 ans après sa naissance, le funk est donc toujours bel et bien vivant, et chacun peut continuer à s’exclamer WE WANT THE FUNK !

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s