La Hip-House met le rap entre ses dents

Au tournant des années 90, avec une vitesse frôlant les 125 bpm, The Outhere Brothers ou Reel 2 Real et plus récemment Timbaland propulsent la hip-house comme la soupe favorite des fêtes foraines. Voici l’histoire d’un genre que les puristes de tous bords ont aimé détester.

La hip-house est pendant un temps ce que l’on fait de mieux dans le mélange des genres. Mais, comme pour le jazz, il existe une minorité de puristes qui méprise les rappeurs s’essayant à tout type de mariage blanc.

Ils voient d’un très mauvais œil cette hip-house, fusion du rap et de la house music née dans la poussière, le métal et la dépression du Chicago des années 80. La situation est d’autant plus houleuse que NWA (composé d’Eazy-E, Dj Yella, Dr. Dre et Ice Cube) radicalise dans le même temps le hip-hop et inaugure son virage gangsta rap avec des textes plus violents que jamais.

Mais voici le hic : personne n’a jamais demandé à ce que la hip-house soit une œuvre d’opposition aux standards du rap. Elle doit être considérée comme un genre de dance music. Ce n’est ni plus ni moins que la 1ère génération de rap pour le dancefloor. Ce sont des lignes rythmiques puissantes, une fréquence de basses profondes qui vient amplifier le flow plutôt que le chant. Des slogans, des injonctions plus que des couplets.

Pire. Le mépris des puristes est fondé sur une méprise. C’est bel et bien la house music qui s’approprie le hip-hop et non l’inverse. La hip-house vient de la culture club de Chicago, de ces quelques immenses hangars reconvertis en boîtes de nuit. Et cette culture s’impose à New-York et en Europe à partir du moment où des danseurs de hip-hop commencent à danser sur de la house music. Ce qui n’était pas non plus une mince affaire.

Dans ce début des années 80, certains studios incorporent très vite des voix. Voyant le rap prendre de l’importance, il était logique que la hip-house devienne elle-même un succès populaire. Ironie de l’histoire : il aura fallu plus de 10 ans au rap pour s’imposer. Quelques années seulement à la hip-house pour traverser l’Atlantique.

Les rappeurs purs et durs s’en tiennent éloignés parce qu’ils ne veulent pas prendre le risque d’être labellisés acteurs de dance music. Quelle erreur ! Pas ou peu de producteurs hip-house se sont constamment orientés club : de nombreux rappeurs prêtent leur voix sans non plus donner leur âme. The Jungle Brothers par exemple, qui officiaient déjà dans le rap alternatif, touchent à la hip-house lorsqu’ils rencontrent DJ Richie Rich sur le single I’ll House You. Ce n’était typiquement pas un travail des Jungle Brothers, mais il devint un standard de la fin des eighties.

Ces artistes-là étaient peut-être les plus ouverts et les plus honnêtes finalement. Ils savaient garder un œil sur la scène club et ce qu’ils avaient à faire, ils le faisaient très bien. Si bien qu’il est impossible de les taxer de publicité mensongère : un single de C&C Music Factory par exemple, sorti au début des années 90 sous le titre Here We Go, Let’s Rock & Roll, fusionne hip-house et rock. Il fit lui aussi un carton sur les ondes.

Ce n’est donc plus une surprise de voir aujourd’hui une renaissance de ce style, détricoté et recyclé à la sauce electro. Kanye West ouvre les vannes en 2007 avec Stronger. Une collaboration entre Dizzee Rascal et Armand Van Helden suivra sous le nom de Bonkers.

La hip-house redevient in et redessine presque la carte de la pop music. Des morceaux sont produits à visage masqué et s’encanaillent avec les rythmes reggae. Manière de dire qu’entre le Rock This Party de Bob Sinclar et le Pump Up The Jam de Technotronic, il n’y a vraiment qu’un pas.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une réflexion sur “La Hip-House met le rap entre ses dents

  1. […] genre : le deepkho (prononcer ‘dipro’). Un mélange de rap et de deephouse, proche de la hip-house. Et ça marche. Les rappeurs habitués aux exigences mainstream adhèrent. Dès le deuxième album […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s