Agenda 10 novembre

Oh qu’il est beau l’agenda de la semaine ! Si si !

C’est The DRX qui ouvre notre agenda cette semaine avec la sortie de Deepening Hole. À l’inverse du titre de son album, la musique du groupe de Philadelphie, mené par Dan Romans, n’a rien d’une composition béante et vide.
Dense et abrasif, le métal-avant-garde que nous propose le groupe sait aussi jouer sur les nuances et les mélodies.

Bref, c’est envoutant, et mystérieux. Tellement mystérieux même que rien n’a filtré sur internet. À défaut, vous pouvez vous faire une idée du groupe avec le très bon Thesis, premier album, autoproduit et en téléchargement gratuit sur leur site.

Qui n’aura pas senti Mr Sainte Nitouche susurrer à nos oreilles en nous prenant par la taille cet été ?

Après un premier album et un single remarqué, Inna Modja revient avec Love Revolution et son tout premier single,  « La fille du Lido ». Une déferlante d’amour et de fraîcheur que la malienne sert on the pop-rocks.

Une autre sortie, toujours dans l’amour, mais héroïque celui-ci, puisque c’est The Supermen Lovers qui propose « aux pulsations de la machine d’embrasser les battements du cœur ».

Avec Between the Ages, le français revisite la vague disco, pour en faire de la new disco électro. Ça donne une musique moderne aux sonorités surranées, et ça, « C’est bon ».

L’agenda se clôt enfin sur un grand écart, entre les temps, les genres etles générations avec l’album From Gainsbourg to Lulu, qui sortira le 14 novembre.
20 ans après la mort de Gainsbarre, Gainsbourg renait sous la voix de son fils Lulu.

De Gainsbourg, il n’y a que les gènes et les morceaux – reprises du génial papa -, car Lulu s’amuse à transformer ces grands classiques à force de styles et de grands grands noms. Sur le tableau de chasse, on trouve notamment Scarlett Johanson, Johnny Depp, Vanessa Paradis, Iggy Pop, Stevie Wonder ou encore Patti Smith.

Regretterons-nous le manque d’audace ? Peut-être un peu. À se demander si Lulu Gainsbourg n’aurait pas mieux fait ne nous faire entrer dans SON univers. Parce qu’au final, la seule voix qui nous entête en écoutant l’album, c’est celle de Serge.

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s