Herbie Hancock, l’expérimentaliste génial

Dans les années 50, alors que l’on se remet à peine des deux grandes guerres, on se surprend à vivre à nouveau, à espérer, et à rêver d’un monde meilleur.

Elvis redonne du baume aux cœurs meurtris, Martin Luther King bataille pour une terre d’égalité, et dans tout ça, Louis Armstrong et Miles Davis font vibrer leurs cuivres, accompagnent les mouvements d’une nouvelle époque. Et les ambitions d’un jeune talent.

De Herbert à Herbie, ou l’apprentissage de l’expérimentation.

A Chicago, principal berceau du jazz aux États-Unis, le métal des industries trouve écho dans celui des trompettes. Herbert Hancock, jeune pianiste de formation classique, prend vite goût à cette musique libératrice et libérée. Libératrice, puisqu’elle permet à la culture noire américaine de s’exprimer enfin massivement ; libérée, puisqu’elle emmène les mélomanes dans son jeu d’improvisation

Le pianiste se transforme rapidement en jazzman autodidacte, et partage ses études de génie électrique avec son clavier. A 21 ans seulement, son idole le remarque, et l’embarque dans son quintet, le Miles Davis Quintet.

Influencé par le free jazz, Herbert Hancock propose une autre dimension de la rythmique du genre, la complexifie et lui ajoute une couleur surprenante en utilisant des accords peu usités. Grace à Davis, il lâche enfin son clavier classique pour un clavier électronique, et fait l’expérience d’un jazz hybride, mâtiné de rock et de musiques populaires.

Pendant six ans, Herbert fait ses armes et développe son côté artistique. Il ne sera plus juste interprète, il composera, il mélangera, il improvisera. Pour devenir Herbie, musicien expérimentaliste.

Bousculer le genre

Une fois libéré du quintet, Herbie se lance dans des instrumentations électroniques et acoustiques.

Entre 68 (date du départ du quintet de Miles Davis) et 73, il sort plusieurs albums en collaboration avec d’autres artistes jazz. En résultent cinq opus très expérimentaux, qui s’inspirent de la musique contemporaine. Et comme il ne suffit pas de s’inspirer de son temps, Herbie Hancock décide d’intégrer des éléments à la pointe du progrès dans son instrumentalisation.

Dans les années 80, il est l’un des tous premiers artistes à utiliser l’ordinateur Apple pour s’en servir dans le travail de composition, et il intègre de plus en plus le synthétiseur dans ses morceaux.

En 1985, à l’occasion des Grammy Awards, il offre d’ailleurs une ouverture musicale spectaculaire aux côtés de Thomas Dolby, Stevie Wonder et Howard Jones uniquement réalisée au synthétiseur.

Sa carrière continue ensuite avec Headhunters, plus groovy, plus funky, plus commercial surtout. Parce que les expérimentations c’est bien, mais ça ne remplit pas son assiette de caviar.

Avec VSOP, c’est alors un vrai retour aux sources qui s’opère alors qu’il renoue avec les musiciens qui formaient le Miles Davis Quintet. Mais comme le naturel revient toujours au galop, Herbie Hancock repartira en cavalier seul pour élaborer ses albums solo et réexpérimenter en créant  jazz-électro,  jazz hip-hop/disco/funk, acid jazz…

Bref, si l’on devait synthétiser la carrière d’Hancock – et il le ferait surement mieux que nous, puisqu’il aime ça, synthétiser– et bien, c’est surtout de la passion.

Il teste, il cherche, il va loin très loin, et puis il s’engueule, il s’en va, il revient, il retourne aux origines pour expérimenter encore un peu plus… beaucoup de remue-ménage pour assouplir les frontières musicales et proposer du nouveau son. Mais en aucun cas beaucoup de bruit pour rien !

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s