Mets ta banane : c’est rockabilly !

Le rockabilly, c’est le mariage à la va-vite entre la musique country et le rhythm’n’blues. C’est aussi la première forme de rock’n’roll presque exclusivement jouée par des blancs.

La plupart viennent du Sud ségrégationniste des Etats-Unis. On y retrouve donc une certaine dualité, entre violence et sexualité, qui ne peut faire l’économie d’une sorte de culpabilité rentrée pour le passé.

Le genre est popularisé par Elvis Presley entre 1954 et 1956. Sa voix profonde, amplifiée par l’écho, développe au fil des arpèges une ambiance chaude et alarmante. Dans les paroles, on discute voitures et relations amoureuses, et ce n’est rien moins que l’expression d’une réussite assumée de la culture américaine. Arrogance d’une prospérité d’après guerre, diront certains.

Sam Phillips, patron du label Sun Records, met à profit les dollars récoltés par le King pour monter la seconde vague rockabilly : Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, qui brise une première fois la norme en jouant du piano, Buddy Holly qui, avec Everyday notamment, ajoute une pincée de mélodie pop, et enfin Gene Vincent.

Ces enfants du rock’n’roll grandissent et la musique évolue avec elle, inexorablement. Elle disparaîtra complètement après 1958.

Fin 70′, début 80′, là où les punks font table rase du passé, un couple au champ comme à la ville veut ressusciter la fièvre. The Cramps, formé en 1975 par Poison Ivy et Lux Interior, viennent respirer la décennie 60 dans le garage, entre la Cadillac de papa et la moto de Fonzie.

A ceux qui n’aiment pas quand ça va trop vite, ce psychobilly leur passe dessus. C’est une musique qui assomme délibérément. Ca manque de groove et de chaleur. C’est bêtement agressif. Les références aux films d’horreur, au gore, au sexe et au punk font prendre ce sous-genre pour une musique décadente.

Jouée à 120 à l’heure, l’auto-dérision bat son plein mais, comme son parrain, trois petits tours et puis s’en va…

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s