Krautrock : Le « Rock Choucroute »

Krautrock : le Rock choucrouteEn réponse à une programmation MWB toute en electro planante, le voyage se poursuit dans votre rubrique « Les Styles » pour explorer les contrées oniriques du Krautrock, Kosmische Musik et Motorik compris.

Tant de termes barbares. Alors d’abord, pourquoi « Krautrock » ?

Sauerkraut, en allemand, c’est la choucroute, plat aussi national que les currywurst, et autres wursts (saucisses) chez nos amis d’Outre-Rhin. Les anglais eux aussi utilisent le terme sauerkraut, n’ayant pas d’équivalent, ou tout simplement kraut. Après 1918, kraut est devenu le terme péjoratif anglais pour désigner un soldat allemand, puis un allemand par extension.

Les Rosbifs surnomment donc les voisins des Grenouilles « les Choucroutes ».

Par la suite, Kraut-rock devient donc un terme journalistique anglais (puis mondial) neutre (et non pas péjoratif) pour désigner le rock allemand (rock-choucroute, donc) des années 70, alors en plein essor.

Mais revenons aux origines.

Vers la fin des années 60, début des années 70, le rock psychédélique des américains est en plein boom, avec comme portes guitares Jefferson Airplane (que vous avez pu entendre lors de notre émission du 15 juin), Frank Zappa, Jimi Hendrix ou encore Iron Butterfly. Le contexte, je ne vous apprends rien, est également très contestataire.

En politique comme en musique : on souhaite changer les choses ! D’autant plus en Allemagne, encore hantée par son passé nazi qui n’a pris fin que 25 ans plus tôt. Sous les pieds des SS, un champ de ruine. Le nazisme aura tout réduit en cendres, y compris le monde musical et culturel allemand. La scène musicale allemande cherche donc à se reconstruire. Table rase du passé forcée, c’est donc vers le futur qu’il faut se tourner.

Et l’instrument du futur, c’est le synthétiseur, fraichement délivré par Mr. Moog en 1964 au monde de la musique. Contrairement à ses confrères et consœurs guitares, batteries, cuivres, violons, etc. qui ont des siècles et des siècles d’histoire derrière eux, le synthétiseur est donc tout frais tout neuf.

Le krautrock sera donc électronique. Mais pas que. Puisant ses influences dans le rock psyché de l’époque, pour sa rythmique hypnotique, ses mélodies répétitives et entrainantes, le krautrock se revendique aussi bien du free jazz (pour l’improvisation et l’abolition des contraintes stylistiques) que du rock progressif (morceaux longs et planants) ou de la musique contemporaine et minimaliste (recherche de sonorités novatrices, affranchissement des conventions, répétitions hypnotisantes).

Quand on parle d’electro allemande, on pense bien souvent à Kraftwerk. Dans ce contexte-ci … ce n’est pas faux. Avant d’être purement électronique et robotique et d’arborer des chemises rouges, Krafwerk était krautrock, et les synthés laissaient volontiers la place à la batterie, à la flûte, au chant … Bien sûr il n’y a pas qu’eux, et parmi les leaders du Krautrock, nous pouvons nommer :

  • Ash Ra Tempel, The Cosmic Jokers et Tangerine Dream : les trois font parti de ce qui fut appelé « l’École de Berlin ». En effet, le krautrock est un genre large, laissant libre cours aux variations et aux inspirations, et les variantes s’effectuaient généralement par zone géographique. L’Ecole de Berlin se caractérisa donc pour ses paysages synthétiques astraux et ses expérimentations électroniques bizarroïdes, pour un résultat dénommé Kosmische Musik, musique cosmique.
  • A Munich, le Krautrock de Popol Vuh ou Amon Düül affirme plus que d’autres ses influences psychés, et incorpore même des accents folks à ses compositions.
  • A Cologne et Düsseldorf, La Dusseldorf, Neu! ou encore CAN se veulent plus politisés, pour un Krautrock accompagné de happenings et d’une rythmique pulsée, pour un message plus direct et accrocheur. C’est d’ailleurs cette pulsation frénétique qui sera la caractéristique de ce sous-genre nommé Motorik, évoquant le ronronnement continu et monotone du moteur sur autoroute.

Fin et Héritage.

De 1970 à 1975, le Krautrock fait fureur en Allemagne. Mais dès 1976, les punks débarquent. Adieu les réflexions introspectives et les longs voyages astrales, Sid Vicious et sa bande de fidèles mettent à bas tout ce « fatras hippie ésotérique ». Ce qu’ils dénoncent dans tout ça, c’est l’esthétisme du krautrock, qu’ils jugent déplacé dans un monde aussi violent.

Le Krautrock se meurt, alors, sous les coups de chaines de vélos, mais laisse néanmoins derrière lui un certain héritage :

  • Une fois que les punks se seront essoufflés à crier dans leur micro, le post-punk reprendra des éléments du genre qu’il a tué (introversion, expérimentations) ;
  • La musique ambiante (Brian Eno, Mike Oldfield) et New Age (Enya, Enigma, Deep Forest, et tout ce que vous trouverez en CDs à Nature & Découverte) doivent de manière flagrante énormément de choses au Krautrock, et plus particulièrement à la Kosmische Musik ;
  • La Neue Deutsche Welle (NDW) reprendra en quelque sorte le flambeau Krautrock, s’affirmant être la nouvelle vague (neue Welle) de musique électronique allemande ;
  • Le shoe-gaze empruntera au genre ses textures sonores, ses expérimentations et ses idées de voyage musical et de voyage intérieur ;
  • Enfin, la musique industrielle gardera une certaine idée de sons nouveaux, cacophonie et patchworks musicaux crasseux tel le krautrock de Faust.

Avec la réédition d’albums krautrock vers la fin des années 80, début 90, le genre renait un peu et compte depuis de nouveau pilotes, comme les français Romain Turzi ou encore Etienne Jaumet, que l’on retrouve dans le duo Zombie Zombie évoqué dans l’émission MWB de cette semaine. Alors restez bien assis dans vos sièges jusqu’à l’arrêt complet du véhicule, car le voyage est loin d’être terminé !

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réflexions sur “Krautrock : Le « Rock Choucroute »

  1. […] Tangerine Dream, Ash Ra Tempel, Vangelis, Steve Reich, bref, de la musique psychédélique, du krautrock, du space rock, du rock progressif vous écoutez les origines de la new age. Bref, c’est vaste. […]

  2. […] et la déconstruction, il aura très certainement influencé des genres aussi divers que le krautrock, la musique contemporaine ou d’avant-garde, ou bien encore certains sous-genres du rock comme le […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s