Tekitek… petit-fils d’Obélix !!

Tekitek, petit gros blanc-bec, est un Dada du rap. Il se fait appeler Teki Latex pendant la récré, mais rêve déjà de pays merveilleux…

Il débute son voyage en solitaire en 2006. Party de Plaisir, produit par le pianiste canadien Gonzales, ressuscite une pop très mal rasée, édulcorée, taquine et un peu malsaine. Italo-disco sur les bords, c’est fondant et léger comme une glace vanille-fraise. Quoi de plus normal quand, à l’époque, on s’acoquine avec Lio l’exubérante en personne. 

Avec Mes pelures sont plus belles que vos fruits, en 2009, Tekitek remet ses sneakers et trouve le son de la rue. Flambeur comme il faut, c’est le meilleur des freestyles d’une icône du rap volubile.

Sur des instrumentaux complètement fameux – Lil’Wayne, Jacno, DJ Mujava ou Ratatat – Tekitek balance un chant ciselé qui nous rappelle les belles heures du TTC.

Car, comme tout bon rappeur, Teki Latex traîne avec une sacrée bande de potes. Ceci n’est pas un disque (2002), Bâtards Sensibles (2004), 3615 TTC (2006). Albums trop electro, trop érudits… Les six garçons sont rejetés par les cercles influents du hip-hop. Ils auraient pu décider alors, sur un coup de « Zidane », de manger tout cru le circuit commercial de la Sacem.

Mais ça n’arrivera pas. Cuizinier, Para One, Orgasmic, Tacteel, Tido Berman et Teki Latex sont des nerds absolus, des boulimiques de sous-cultures et des joyeux inadaptés.

Bref, l’essence de la rap attitude leur sied trop bien. Donner à voir son univers avec le plus d’honnêteté possible, c’est tout le trip idéal d’un Teki Latex seul ou accompagné.

D’une plume limpide et absurde, entre prise de tête et écriture automatique, il étale franchement ses obsessions : Internet, les filles, les baskets, l’electro, le succès, Les Maîtres de l’Univers – la série ! -, la bouffe, le hip-hop US, la série Lost et j’en passe.

L’aventure continue aujourd’hui, malgré la disparition d’Institubes, label français incontournable et mère porteuse de ses projets : Stunts pour la passion hip-hop, Sound Pellegrino pour le versant jungle house.

Le poète ouvre une nouvelle page. Épaulé par ses amis Surkin, Bobmo et Para One, Tekitek garantit la succession avec le label Marble« The show must go on », comme dirait l’autre.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une réflexion sur “Tekitek… petit-fils d’Obélix !!

  1. […] * Tekitek… petit-fils d’Obélix !! […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s