OuMuPo

Édition spéciale pour ce premier article de la rubrique « Présentation d’un style » ! Plus qu’un style musical en soit, nous allons étudier un concept particulier et méconnu en musique : l’Oumupo.

 

Logo de l'OuMuPo

 

OuMuPo, qu’est-ce que c’est que cela ? Qu’est-ce que OU ? Qu’est-ce que MU ? Qu’est-ce que PO ? OU pour Ouvroir. Un Ouvroir, c’est un atelier. Un atelier où l’on crée de la MU. MU, c’est de la Musique. Mais pas n’importe quel MU. De la MUPO, plus précisément. PO, c’est pour potentiel : de la musique en quantité illimitée, potentiellement productible jusqu’à la fin des temps, en quantités énormes, infinies pour toutes fins pratiques. Le potentiel, c’est le possible, le réalisable. Et ce potentiel s’obtient à travers la contrainte : en créant une nouvelle contrainte, on crée un nouveau genre.

Ceux qui la fabriquent, cette MUPO, ce sont les oumupiens, sous l’œil attentif du label indépendant Ici D’ailleurs, initiateur du mouvement OuMuPo en 2003.

Mais remontons aux origines.

 

L’Oumupo s’inscrit dans la lignée des Ouxpos (prononcez Ou-X-Pos), c’est-à-dire des Ouvroirs d’à peu près n’importe quoi de Potentiel : Peinture (OuPeinPo), Bande Dessinée (OuBaPo), Cinématographie (OuCiPo), Radio (OuRaPo) …

Non, remontons encore plus loin.

 

OuLiPo, ça vous dit peut-être déjà plus quelque chose. Ouvroir de Littérature Potentielle. Ça y est, les réminiscences de quelques cours de français remontent-ils à la surface de votre conscience ? Raymond Queneau, François Le Lionnais, George Perec … ? Les deux premiers, RQ et FLL, en sont les créateurs, en 1960. Le dernier, GP, en est sans doute le membre le plus connu, avec son exploit oulipien La Disparition (1969), un roman intégralement rédigé sans la lettre E (cette dernière phrase en comprend 21 à elle seule …).

 

Un Ouxpo doit donc, toujours, produire son X sous contrainte. Les contraintes de l’OuMuPo, établies par le label créateur Ici D’ailleurs, sont les suivantes (disponibles sur le site www.oumupo.com) :

  1. Le réservoir musical potentiel est la collection Ici d’ailleurs… et O1O1 sa division électronique. Le catalogue Ici d’ailleurs / O1O1 doit donc servir de trame de fond pour chaque titre. A l’artiste de se l’approprier, le détourner et d’y ajouter ce que bon lui semble, cependant tout ajout de sample doit être libre de droit ou indiqué au label pour clearance.
  2. Une itération d’un minimum de trente secondes doit intervenir 2 fois dans l’album. Elle doit faire office de thème ou de slogan, mixée ou non et doit être cohérente à l’ensemble de l’album.
  3. La durée de l’exercice doit être égale à quarante deux minutes (42′).
  4. L’album doit pouvoir s’écouter en boucle continue, la fin de celui-ci doit s’enchaîner avec le début.
  5. Il est impossible de choisir plus de deux titres par album. Une fois le premier titre d’un album choisit, si l’artiste souhaite en utiliser un second, celui-ci doit obligatoirement se trouver à deux plages de distance.
  6. L’artiste doit utiliser les œuvres de plus de cinq artistes du label.
  7. L’artiste doit s’imposer sa propre contrainte et la rendre publique.
  8. L’artiste s’interdit d’utiliser les paroles issues des compositions de Dominique Petitgand hors de leur contexte musical, il ne tombera pas dans la facilité de s’en servir comme jingle ou gimmick. Leur durée d’utilisation ne doit pas être inférieure à 20 secondes.

Nancy, le 7 mai 2003


Le « réservoir musical potentiel » se compose d’artistes variés comme Matt Elliot (alias The Third Eye Foundation), Yann Tiersen, Chapelier Fou, Bästard, This Immortal Coil, Dominique Petitgand, Headphone, Micro:Mega, Gravity Zero, etc.) qui, dans les albums oumupiens, se retrouvent remixés, compilés ensemble, dans un ensemble cohérent et harmonieux, baignant à la fois dans leur propre style et dans le style de l’oumupien qui les travaille. The Third Eye Foundation, courageux premier oumupien, donne ainsi à chaque titre la dimension froide et mélancolique de la plupart de ses albums d’electronica ; Rob Swift imprégnera Oumupo #2 de son background hiphop ; etc.

Comparez ! Écoutez le même morceau (Dominique PetitgandEtat Liquide) remixé par deux artistes différents : The Third Eye Foundation (Oumupo #1) et DJ Krush (Oumupo #6).

Écoutez ici un medley entre la chanson Sinking Ship Song de Matt Elliott et Sur le Fil de Yann Tiersen, remixé sur l’album OuMuPo #1 par The Third Eye Foundation. Des extraits des trois morceaux sont mis bout à bout pour démontrer leur similitude :

 

A l’heure actuelle, six albums « Oumupo » ont vu le jour :

  • Oumupo #1, par The Third Eye Foundation, sorti en 2004 ;
  • Oumupo #2, réalisé par Rob Swift, sorti lui aussi 2004 ;
  • Oumupo #3, par Rubin Steiner, dernier de l’année 2004 ;
  • Oumupo #4, traité par Kid Loco en 2006 ;
  • Oumupo #5, par DJ Hide en 2006 lui aussi ;
  • Et enfin, Oumupo #6, remixé par DJ Krush en 2007.

Rien depuis 3, 4 ans, donc, mais ce n’est pas pour autant que l’aventure OuMuPo s’arrête là : un coffret OUMUPO est sorti, vous permettant d’obtenir en une seule fois les 6 premiers albums, et réservant tout autant de place pour les 6 prochains.

 

Écoutez le podcast de l’émission du 9 mars 2011 pour écouter le morceau issu de l’OuMuPo #1 où The Third Eye Foundation remixe le morceau Explatino du groupe Headphone !

 

Enfin, alors que vous vous laisserez chatouiller l’ouïe par le CD ronronnant dans votre platine, un livret exclusif de 16 pages vous délectera la vue. En effet, à chaque sortie, l’OuMuPo s’associe à l’OuBaPo (Bande dessinée) qui produit alors le livret accompagnant le CD, en faisant échos aux musiques, tout en respectant de nouvelles contraintes qui ne sont pas sans rappeler celles de l’OuMuPo :

  1. Chaque case doit comporter au moins une hybridation avec une autre œuvre dessinée du choix de l’auteur.
  2. Une itération de case est obligatoire.
  3. le livret doit faire seize pages carrées pliées ou reliées.
  4. Chaque page comportera quatre cases carrées.
  5. le livret doit former une boucle avec une case identique en début et en fin.
  6. Il est impossible d’utiliser deux extraits d’une même œuvre pour deux cases consécutives.
  7. L’artiste doit utiliser les œuvres de plus de cinq artistes différents.
  8. L’artiste doit s’imposer sa propre contrainte et la rendre publique.
  9. Un personnage récurrent (visualiser) doit apparaître dans chaque livret.

Livret OuMuPo

 

Parmi ces actifs bulleurs, nous pouvons citer notamment Étienne Lécroart (régulièrement publié dans Spirou, Fluide Glacial, Le Journal de Mickey, le Point), Lewis Trondheim (la série animée Les Aventures d’une Mouche, ça vous dit quelque chose ?), Stanislas Barthélémy (publié dans Recto-Verso, Astrapi, J’aime Lire, Je Bouquine …) ou encore Joann Sfar (plus connu récemment pour la réalisation de Gainsbourg, Vie Héroïque).

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Une réflexion sur “OuMuPo

  1. VAN BOXSOM dit :

    intéressant !
    on en apprend tous les jours
    c’est ça l’ OUSAPO
    pour le SAvoir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s